skip to Main Content
Accueil Notre Actualité Atteindre l’objectif zéro carbone en 2050, avec les marchés de décarbonation de l’industrie française

Atteindre l’objectif zéro carbone en 2050, avec les marchés de décarbonation de l’industrie française

Atteindre L’objectif Zéro Carbone En 2050, Avec Les Marchés De Décarbonation De L’industrie Française
  • Marketing Vecteurplus
  • La rénovation énergétique des anciens bâtiments, tous secteurs confondus, est au cœur des préoccupations depuis la mise en place du plan de relance du gouvernement.
    L’objectif européen est d’atteindre le zéro carbone d’ici 2050 et pour respecter cet engagement, nous devons considérablement changer nos habitudes parmi les plus énergivores (à la production et à la consommation) le carbone émis par nos systèmes de chauffages.

    La RE 2020 (réglementation environnementale) qui sera mise en application le 1er janvier 2022, obligera tous les bâtiments neufs à posséder des systèmes de chauffage écologiques.
    Le plan de relance prévoit un soutien à la rénovation énergétique des bâtiments publics et des TPE-PME. Si les efforts sont considérables en termes de construction, il convient de repenser également l’industrie et ces procédés de fabrication aujourd’hui très polluant.

    Pluie de marchés de rénovations énergétiques pour les bâtiments industriels

    Pour l’heure, près de 20% des émissions de gaz à effet de serre en France sont émises par l’activité industrielle. En changeant l’électrification et la production de chaleur qui produisent beaucoup de carbone, l’impact environnemental industriel pourrait être drastiquement réduit.

    Le plan de relance met à disposition de l’industrie, une enveloppe de 1,2 milliard d’euros pour soutenir l’efficacité énergétique et l’utilisation de la chaleur bas-carbone.

    Depuis août 2020 et pour les projets lancés en 2021 et 2022, les industriels peuvent prétendre à une aide financière pour leurs travaux visant à rénover leurs bâtiments ainsi qu’au changement de process et leur système d’alimentation pour migrer sur des énergies durables qui n’émettent ni carbone à la fabrication, ni à la consommation.

    Certaines filières particulièrement productrices de carbone, comme la métallurgie et la cimenterie, seront davantage privilégiées lors des appels à projets afin de réduire de manière significative les émissions françaises de gaz à effet de serre. Ces marchés permettront à la France de se diriger davantage vers la ville de demain, une ville plus écoresponsable et durable.

    Les restrictions croissantes sur le chauffage au gaz, au charbon ou au fioul seront des leviers qui inciteront les industriels à moderniser leurs installations et migrer vers des sources d’énergies durables comme : des pompes à chaleur (pour des procédés industriels) ou des installation biomasse.
    Ils pourront également utiliser des systèmes leur permettant de recycler leur propre chaleur et la convertir en énergie.
    Tant de solutions mises à leur disposition, soutenues par le gouvernement, pour leur permettre de réduire leur impact environnemental tout en faisant des économies.

    Exemple d’industrie cimentaire investie dans la lutte contre les émissions de carbone : Hoffman Green Cement
    La construction et les productions de déchets sur les chantiers sont l’une de principales sources d’émission de carbone en France (en 2e place après l’automobile elle représente 5 à 7% des émissions de CO2 dans le monde), pour palier à ce problème des innovations tels que le ciment bas carbone sont créés. Hoffman Green utilise tout un ensemble : utilisation d’énergies renouvelables (ressources naturelles et électricité verte), économie circulaire, l’utilisation de co-produits industriels, utilisation des transports alternatifs (trains, bateaux).

    BPIFrance booste les marchés industriels qui permettront une réduction de l’impact environnemental

    Comme l’exemple précédemment évoqué, les entreprises se doivent d’améliorer leur empreinte environnementale tant sur leurs bâtiments que sur leurs process.
    C’est pour cette raison que dans le cadre du plan de Relance, Bpifrance investi 2.5 milliards d’euros pour accompagner et financer la transition énergétique et écologique des entreprises.

    Bpifrance souhaite apporter un soutien considérable à l’émergence et la croissance des greentechs et ainsi permettre aux entreprises une mise en transition, de la TPE à l’ETI.

    Le prêt vert

    Ce prêt vise à aider les PME et ETI à investir dans un dispositif, un process industriel permettant le déclenchement d’une mise en transition. Ainsi ces entreprises pourront augmenter leur compétitivité et améliorer leur performance environnemental grâce à des process plus verts.
    Ce prêt est octroyé par Bpifrance à condition que le demandeur réponde aux enjeux de décarbonation de l’industrie, de mobilité verte, ou encore de gestion de déchet.

    Cette aide est estimée à 1.5 milliard d’euros entre 2020 et 2022, ce qui devrait concerner environ 2000 entreprises. Le secteur de l’industrie a été le principal bénéficiaire de la première génération du prêt vert.

    Le prêt économies d’énergies

    Ce prêt vise à financer des projets intégrant des équipements éligibles aux opérations standardisées des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) pour les secteurs industriels et tertiaires.

    Le PEE (prêt économies d’énergies) peut prendre entre 10 et 500 000€ sur une durée de 3 à 7 ans et il s’adresse aux TPE-PME de plus de 3 ans tout secteur d’activité confondu.

    Ainsi les entreprises concernées pourront investir dans du matériel et de l’immatériel permettant l’optimisation de leurs ressources et leurs process. Les machines qui pourront être acquises permettront également de standardiser les process et par la même occasion réduire le coût et l’énergie nécessaire à la production.

    BPIfrance, de par ses prêts proposés dans le cadre du plan de relance, est un réel booster à la transformation des entreprises notamment de l’industrie. Leur volonté et de permettre à ces dernières de se munir d’équipements de dernière génération et d’augmenter leur production tout en améliorant leur impact écologique.
    Encore un pas vers la transition énergétique.

    Jusqu’à 2022 nous allons donc voir fleurir sur les marchés privés, des appels d’offres des industriels qui souhaitent verdir leur activité, tant sur la rénovation énergétique de bâtiments que sur l’acquisition de nouveaux process moins énergivores et plus productifs.

    Les entreprises qui auront réalisés les transformations les plus importantes, pourront concourir aux trophées de l’industrie durable.

    Vous souhaitez vous positionner sur ces marchés ?

    Démo gratuite

Articles marchés publics & BTP

Back To Top