skip to Main Content
Accueil Uncategorized Le BIM, de belles perspectives d’évolution

Le BIM, de belles perspectives d’évolution

Le BIM, De Belles Perspectives D’évolution

Le BIM, pour Building Information Modeling, utilise les maquettes numériques d’un projet de construction comme élément majeur d’échange entre les intervenants. Ce processus de travail fondé sur le «tous ensemble » permet aux différents intervenants de visualiser, dimensionner et simuler la planification du projet dans son intégralité : depuis l’amont du projet à l’exploitation et la maintenance du bâtiment.

Signe de la transformation numérique de l’industrie de la construction, l’intégration du BIM dans les concours de maîtrise d’œuvre reste à la marge. Pourtant, les économies liées à l’amélioration des performances (à toutes les étapes du projet, en particulier sur la maintenance des bâtiments), sont manifestes et devraient motiver le déploiement du BIM dans les années à venir.

Vue d’expert : Jean-Luc Dumesnil, Expert BIM et Marchés Publics, Prosys

Vecteur Plus : A ce jour, 8,10 %* des concours de maîtrise d’œuvre intègre la mention BIM. Comment percevez-vous l’adhésion du BIM dans les pratiques des acheteurs et des entreprises ?

Jean-Luc Dumesnil : Aujourd’hui, le BIM (Building Information Modeling) est déployé dans tous les projets d’envergure : les grands ensembles immobiliers, les équipements majeurs, les infrastructures de transport, comme celle du Grand Paris express notamment. Les préconisations de l’administration concernant le numérique et le BIM semblent donc suivies d’effet.

Malgré tout, l’Etat et les collectivités, sont encore en phase d’apprentissage mais la progression croissante de l’intégration du BIM dans les concours de maîtrise d’œuvre depuis les 5 dernières années annonce donc de belles perspectives.

Du côté des entreprises du BTP et dans un contexte de marché structurel très fragmenté, la vitesse de pénétration des nouvelles technologies est assez lente. Mais surtout, le BIM qui repose sur des méthodes de travail fondées sur le « tous ensemble » nécessite une véritable réorganisation des pratiques collaboratives.

VP : Concrètement, dans ce contexte de mutation organisationnel et numérique, comment les intervenants s’adaptent-ils ?

J-L D. : On ne peut dissocier le BIM du travail collaboratif, de la concertation et de la fluidité des échanges entre les intervenants d’un projet.

De nombreux acteurs du BTP (maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, prestataires intellectuels et entreprises), doivent en amont de toute modélisation revoir leur organisation interne dans l’objectif d’intégrer de nouveaux intervenants, revisiter leurs processus de production, de contrôle et de collaboration sur les opérations.

La majorité des prestataires intellectuels qui interviennent dans la conception (architectes, bureaux d’études techniques, environnementales ou de contrôle), ou sont en aval de celle-ci (économistes, opc,…), tirent bénéfice des modèles BIM, de la localisation, des dimensions et des propriétés des objets qu’ils contiennent. A la dimension « 3D » des modèles s’ajoutent en effet la composante temporelle (4D) et la composante coût (5D).

VP : Quelles perspectives pour le BIM ?

J-L D. : Je vois trois évolutions se dessiner :

  • La revue de projet, qui change grâce aux outils qui permettent de capturer des détails de la maquette, de les annoter et de recueillir des commentaires ;
  • L’automatisation de processus de contrôle rendue possible par l’exploitation des propriétés des objets et des caractéristiques géométriques des maquettes ; de nombreux métiers sont impactés comme la synthèse ou le contrôle technique par exemple ;
  • La livraison des DOE numériques qui devrait faciliter l’exploitation, la maintenance et la gestion du patrimoine. Ce point constitue une attente forte du maître d’ouvrage qui reste, avec ou sans BIM, difficile à obtenir.

En somme, il faut voir dans le BIM, comme dans toute évolution technique, un challenge et une formidable opportunité.

VP : Un projet 100% BIM à succès en quelques mots ?

J-L D. : Un bon exemple de projet 100% BIM est celui de l’Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay, en cours de construction (Architectes : Renzo Piano Building Workshop)

Pour ce projet et à toutes les phases, tout est produit en BIM. L’environnement de données commun permet d’intégrer les processus de validation des publications réalisées par les différents plateaux techniques et d’assurer la diffusion aux différents partenaires en fonction des droits. C’est la parfaite illustration du BIM niveau 2.

Sur ce projet, c’est la plateforme collaborative Mezzoteam qui a été choisie. Elle est l’environnement de données commun et le plugin Revit de Mezzoteam synchronise Revit et Mezzoteam (une marque de Prosys)

*8.10% sur la base des avis de Maîtrise d’œuvre BTP émanant d’une procédure avec concours, ouvert, ou restreint, sur l’année 2017 (Source : donnée Vecteur Plus)

Vous souhaitez détecter des appels d’offres émis avec l’appellation BIM ? Contactez-nous

Laisser un commentaire

Les informations à caractère personnel ci-dessus sont recueillies par la Société Vecteur Plus.
Ces Informations font l’objet d’un traitement afin de vous proposer des informations supplémentaires sur nos services et nos prestations. En savoir plus.
Elles sont nécessaires à notre société pour traiter votre demande et sont enregistrées dans notre fichier prospects et clients.
Vecteur Plus ou toute société du groupe INFOPRO DIGITAL située en UE ou non pourra vous envoyer des sollicitations pour des services analogues.

Vecteur Plus applique les règles de durée de conservation du groupe Infopro Digital.
Vous disposez d’un droit d’accès, d’opposition, de suppression, de retrait du consentement. Voir le détail
Vous pouvez vous adresser directement à notre DPO ou contacter la CNIL.

Articles marchés publics & BTP

Back To Top