skip to Main Content
Accueil Les Marchés Publics 2020 : une année si particulière pour la Commande Publique

2020 : une année si particulière pour la Commande Publique

2020 : Une Année Si Particulière Pour La Commande Publique
  • Hervé Chevallier
  • 2020 se distingue à bien des égards. Divers événements l’ont ponctué : une crise sanitaire, deux confinements, une élection locale, des conseils municipaux empêchés, une évolution des seuils au 1er Janvier, des évolutions législatives portées par la Crise, de nouveaux seuils par secteur, une loi ASAP …

    Leurs impacts sur la commande publique ont besoin d’être objectivés. Chacun perçoit les turbulences, ressent des baisses, des agitations. Seules des datas fiabilisées et analysées peuvent nous donner des repères fiables pour retrouver un peu de sérénité.

    A fin Novembre, l’année est dessinée. Les tendances sont bien inscrites et Décembre ne semble pas modifier le cours des choses.
    Les publications analysées couvrent la période du 1er Janvier 2018 au 30 Novembre 2020. L’analyse s’appuie également sur les années 2014 et 2015, année d’élections municipales.

    L’analyse que nous vous proposons porte sur l’ensemble des Appels d’offres réalisés en France métropolitaine et DROM COM, segmentés par type d’acheteur, par région d’exécution et par secteur d’activité. 

    Une activité perturbée ressentie sur les publications d’appels d’offres

    Effectivement, les 11 mois analysés ont enregistré une perturbation sur les publications d’appels d’offres lancés par les acheteurs publics.

    En comparant avec 2018 et 2019, elle apparait de façon plus nette et plus forte en volume qu’en valeur :

    • En volume : 172 352 appels d’offres sur 11 mois contre 246 696 en 2018 et 256 209 en 2019 sur 12 mois
    • En valeur : 180 Mds€ sur 11 mois contre 186 Mds€ en 2018 et 233 Mds€ en 2019 sur 12 mois

    Notons que l’année 2019 était particulièrement favorable et peut-être à mettre à part sur tous les points.
    Mais parions que l’année 2020 sera meilleure que 2018 sur la valeur totale des appels d’offres lancés.

    Un comparatif avec 2019

    Nous avons commencé l’année 2020 avec un volume de publications d’appels d’offres plus bas qu’en 2019 (-23%). Des points de conjoncture peuvent l’expliquer : les seuils relevés à 40 K€, effet pré-électoral.

    Les 2 périodes de confinement n’ont fait qu’endiguer cette situation avec de nouvelles baisses même si le second est moins impactant en termes de volumes car certains secteurs n’ont pas connu d’arrêt d’activité.
    Sur les 11 mois analysés, nous enregistrons des baisses de 28% en volume et de 16% en valeur.

    Une année complexe pour le Pôle Local

    Le bilan pour le Pôle local est assez lourd avec une perte de 24% en valeur entre 2019 et 2020 sur 11 mois, notamment pour les Communes (37Mds€ contre 52Mds€ en 2019 sur 11 mois).
    La réforme en cours des syndicats intercommunaux a également contribué à cette baisse de volume de publication.

    L’état était déjà en baisse avant le confinement, situation confirmée pendant cette période avec une baisse de 10% en valeur par rapport à une activité normale.

    Quant aux autres acteurs, ils résistent plutôt bien vu les événements marquants de 2020.

    Notons une évolution des comportements d’achats des acteurs publics qui affectent le choix des procédures utilisées pour publier leurs appels d’offres. Les marchés à procédure formalisée ont subi une baisse de volume moindre que les marchés à procédure adaptée.

    Des secteurs d’activité différemment affectés

    Le secteur des Travaux Publics reste très affecté enregistrant une perte de 23% en valeur entre 2019 et 2020 sur 11 mois.
    Les dernières semaines analysées laissent percevoir une note plus positive pour clôturer 2020.

    Le secteur du Second Œuvre résiste mieux que celui du Gros Œuvre (-12% versus -26% entre 2019 et 2020 sur 11 mois).

    Globalement, la baisse reste forte sur l’ensemble du BTP (-22%). Côté acheteurs publics, hormis le Pôle Local, tous résistent bien et la répartition en valeur est similaire à celle de 2018.

    Seul le secteur Environnement et Déchets conserve sa stabilité grâce aux prestations récurrentes.

    Des comportements régionaux disparates

    Globalement, le territoire est coupé en 2 : l’Est affecté et l’Ouest résistant.

    La région Nouvelle-Aquitaine s’en sort le mieux en maintenant en valeur 89% de ses commandes, suivie de très près par les régions Normandie et Bretagne.

    Ce qui n’est pas le cas avec la région Auvergne-Rhône-Alpes même avant les 2 périodes de confinement en enregistrant une perte de 24% en valeur par rapport à une activité normale.
    Le département du Rhône, qui pèse 23% de la commande publique régionale, enregistre à lui seul une baisse de 22% sur 11 mois.
    Le département de la Haute-Loire crée la surprise avec la seule croissance de la région (+8% par rapport à 2019).

    Vivement 2021

    Les volumes d’appels d’offres de cette fin d’année sont plus favorables notamment les études, ce qui laisse présager un bon démarrage en 2021.

    Cette nouvelle année sera boostée par le plan de relance permettant la reprise dans différents secteurs d’activité avec 61 Mds€ d’investissements.

Articles marchés publics & BTP

Back To Top